Oui, Daniel Ricciardo a (déjà) remporté le Grand Prix de la saison

3 Safety Car, un drapeau rouge, une pluie de débris sur Bakou et des surprises, le Grand Prix d'Azerbaïdjan est vraisemblablement l'un des GP les plus excitants de ces dernières années.

Oui, Daniel Ricciardo a (déjà) remporté le Grand Prix de la saison
C'est bien une Red Bull qui s'est imposé à Bakou, pour la première fois de la saison.      Photo : libération.fr

17 heures à Bakou, 15 heures à Paris. Personne ne s'attendait à vivre un Grand Prix pareil. Il fait chaud sur les bords de la Mer Caspienne, 57 degrés sur la piste. Lewis Hamilton est en pôle position devant son coéquipier Bottas et les deux Ferrari de Raïkkonen et Vettel. Les deux finlandais se placent donc entre les deux favoris pour le titre de champion du monde, avantage pour le britannique au départ. Nous pouvions penser que la course pouvait être mouvementée puisqu'en Formule 2, la veille lors de la course longue, seulement 10 voitures avaient terminées avec une multitude de crashs et de pénalités. 

Le départ est donc donné dans les rues de Bakou, il y a déjà du grabuge dans le premier secteur. Bottas et Raïkkonen sont côte à côte et le pilote Mercedes tasse son compatriote. Crevaison pour Bottas, beaucoup de morceaux de la Ferrari de Raïkkonen ont volé. De leur côté, Ricciardo et Grosjean rentrent aux stands en compagnie de Bottas. Cela aura son importance pour la suite de ce récit. Les tours se suivent et il n'y a aucun incident dans cette course jusqu'au tour 12. La voiture de Daniil Kvyat est immobilisée le long du mur, il est impossible pour les commissaires azéris d'intervenir sur la Toro Rosso, faire entrer la dépanneuse est un énorme risque malgré les drapeaux jaunes brandis. 

Charlie Withing déploie finalement la voiture de sécurité pour pouvoir dégager la voiture du russe. L'intervention est assez longue, les pilotes se plaignent que leurs pneus sont à la limite de l'utilisable tellement leur température est froide. La course repart après quelques tours mais d'autres touchettes ont lieu entre les pilotes, Raïkkonen perd des morceaux venant d'un peu partout sur sa voiture. Deuxième Safety Car donc. Toujours ces problèmes de chauffe des pneus pour les pilotes, et là se passe quelque chose d'improbable. Derrière la Safety Car au virage 15, Lewis Hamilton freine d'un seul coup, devant Sebastian Vettel, qui heurte l'arrière de la voiture de l'anglais et casse son aileron. Ce n'est pas fini, Vettel, agacé, vient se mettre aux côtés d'Hamilton pour qu'il comprenne son mécontentement et lui adresse un coup de roue. Les deux voitures se touchent, les deux champions du monde se fâchent. Les débris en piste sont de nouveau nettoyés, la course repart. 

Mais à ce re-start, Esteban Ocon et son coéquipier Sergio Perez sont à la lutte au virage 2. Le français double le mexicain mais ne lui laisse que peu de place pour accélérer, Perez ne fait pas non plus grand chose pour éviter l'accrochage. Crevaison à l'arrière droit pour Ocon alors que Perez a perdu beaucoup de carbone. Le français arrive à rentrer aux stands sur trois roues, il peut repartir. Le mexicain n'y arrivera pas et sa voiture entre dans le box. A ce moment-là, Raïkkonen a roulé sur des débris : explosion à l'arrière droit, aileron arrière endommagé et fond plat détruit. 3e voiture de sécurité qui durera jusqu'au tour 23 où Charlie Withing demande le drapeau rouge et l'arrêt provisoire de la course pour que tous les débris soient enlevés de la piste. 

A ce moment-là, Felipe Massa est 3e devant Lance Stroll, Alonso est 8e avec sa McLaren et Grosjean P10. L'incident Vettel/Hamilton est sous enquête des commissaires de course. Le drapeau rouge dure aux alentours de 20 minutes, ce fut assez pour réparer les voitures de Perez et Raïkkonen, qui repartent alors qu'elles avaient abandonnées. La course repart une nouvelle fois, Hamilton et Vettel aux deux premières places... mais pas pour longtemps. Tandis que Daniel Ricciardo remonte le peloton en doublant trois voitures au freinage du virage 1, Hamilton s'aperçoit que la minerve coincé derrière la tête est en train de se décrocher. Le pilote anglais doit donc retenir ce morceau de plastique à une main en attendant que Mercedes observe le règlement FIA de plus près...

Lewis Hamilton doit passer par les stands pour remplacer sa minerve défectueuse et au même moment, la direction de course donne un Stop and Go de 10 secondes à Sebastian Vettel pour conduite dangereuse après l'incident avec Hamilton. La Flèche d'argent ressort 8e, le tour suivant c'est la Ferrari qui entre dans les stands pour effectuer sa pénalité. Grâce au traffic qui a gêné Hamilton, c'est Vettel qui passe 7e. Devant eux se trouve, Daniel Ricciardo en tête de la course devant le jeune Lance Stroll, idéalement placé avant les derniers tours de course. et Kevin Magnussen est 3e. Ocon est à la quatrième place du GP... 

Vettel et Hamilton reviennent vite mais se trouve devant Valtteri Bottas, miraculé du premier tour qui a pu remonté juste derrière le français. Ocon double Magnussen et prend la troisième place mais les deux Mercedes et la Ferrari reviennent. Magnussen dégringole à la 7e place, Esteban Ocon est 6e. Devant, Bottas remonte à coup de plus d'une seconde par tour sur Stroll. L'ingénieur du canadien lui demandant d'augmenter son rythme. Avec Bottas, quelques secondes derrière, il y a Vettel et Hamilton. Les trois voitures remontent sur la Williams.

Cela paraît trop juste pour que la Mercedes double la Williams, arrive la dernière ligne droite, Bottas utilise son DRS, déboite pour doubler Stroll et le devance sur la ligne pour... 1 dixième de seconde ! Le finlandais prend la 2e place, Lance Stroll assure son premier podium en Formule 1. Vettel termine devant Hamilton, Ocon 6e malgré tout. Fernando Alonso marque les deux premiers points de McLaren Honda cette saison, Wehrlein obtient le point de la 10e place. Lance Stroll était à 10 jours de devenir le plus jeune pilote sur un podium de F1 mais Verstappen à Barcelone en 2016 était plus jeune. Il se contente d'être le plus jeune rookie sur un podium et de la fête qu'est le podium d'une course de Formule 1.

Rendez-vous dans 15 jours au Red Bull Ring à Spielberg en Autriche dans l'antre du groupe Red Bull sur un circuit un peu au milieu de nulle part.