Wojciech Szczęsny, le successeur de Buffon

Longtemps, Wojciech Szczęsny a été comparé à un Apoula Edel polonais. Pourtant, il est en passe de s’imposer comme le successeur de Gianluigi Buffon à la Juventus de Turin. Explications.

Wojciech Szczęsny, le successeur de Buffon
Wojciech Szczęsny

Pas par hasard

On ne devient pas par hasard gardien d’une des meilleures équipes au monde. Tout commence en 2004. Wojciech Szczęsny est alors gardien de l’Agrykola de Varsovie, une petite équipe de la capitale polonaise. Personne ne le connaît. Pourtant, il a un bel antécédent familial : son père, Maciej, a connu sept sélections avec l’équipe de Pologne dans les années 90. Et le destin de Wojciech va basculer en 2005, lorsque lors d’une détection, le portier de la génération 1990 est repéré par le plus grand club de Pologne, le Legia de Varsovie. Pas impressionné par la renommée du club, et même plutôt séduit par la ferveur de ses supporters, il y fait ses débuts au cours de l’année. Une saison lui suffira pour s’imposer comme l’un des meilleurs espoirs polonais.

Et forcément, quand il y a un jeune espoir, il y a Arsenal qui rode. Le club d’Arsène Wenger le contacte, et parvient en 2006 à s’attacher ses services. Pendant trois saisons, Wojciech Szczęsny va continuer sa croissance physique – pour atteindre le mètre quatre-vingt-seize auquel il culmine aujourd’hui – et surtout sa croissance footballistique. Cependant, alors qu’il commence peu à peu à intégrer l’équipe première aux entraînements, en 2008, il se fracture les deux mains, ce qui l’éloigne des terrains pendant six mois. Mais cela lui apprend la persévérance mentale. Et en guise de récompense, il débute en pro six mois plus tard, et réalise une clean sheet. Peu de temps après, il est prêté à Brentford, en troisième division, puis connaît ses premiers appels avec la sélection nationale.

L’Italien

Peu à peu, Wojciech Szczęsny se profile comme un gardien sur qui il faudra compter. Et grâce ses bonnes performances à la suite de la blessure de son compatriote Fabiański, Wojciech passe devant Manuel Almunia. Il peut ainsi réaliser de grosses parties en Ligue des Champions. Mais sa réputation de gaffeur va aussi commencer. En février 2011, une de ses mésententes avec Koscielny conduit Arsenal à perdre la League Cup. Même s’il compte une saison à 38 matchs en Premier League par la suite, les supporters d’Arsenal vont lentement se mettre à critiquer Wojciech Szczęsny. Jusqu’à ce qu’il devienne une bête noire du publique. Avec l’arrivée notamment d’Ospina, Wojciech Szczęsny voit le départ comme une option.

Cela sera à l’AS Rome. Après plus de cent quatre-vingts apparitions sous le maillot des Gunners, Wojciech Szczęsny rejoint l’Italie. Au cours de ses deux saisons, le prêt ayant été prolongé, il dispute quatre-vingt-un matchs et éclipse complètement Alisson Becker. Le meilleur gardien de Premier League 2014 traîne toujours derrière lui le boulet de ses débuts en professionnels. Mais le plus dur pour lui arrive à l’intersaison : une légère blessure le fait passer derrière Fabiański en sélection, et il assiste majoritairement du banc au parcours de la Pologne à l’Euro 2016. Alors Wojciech, à nouveau, travaille dur.
 

Turin capitale

Et ce n’est finalement pas un hasard que la Juventus de Turin vienne frapper à sa porte à l’été 2017. Gianluigi Buffon vieillissant, il faut lui trouver un successeur. Cela ne sera pas à l’étranger, décide la Juve, qui veut un joueur parlant italien. C’est donc tout naturellement sur un gardien assez sous côté que la vieille dame jette son dévolu. Contre seulement treize millions d’euros, le champion d’Italie s’attache les services de Wojciech Szczęsny. Si beaucoup voyaient le numéro 23 turinois devenir une doublure, il en est bien plus qu’une. Il a en effet cette saison disputé quinze matchs avec le club turinois, se partageant la place de gardien avec Buffon. Et si ce dernier a affirmé pouvoir continuer une saison, la prochaine saison devrait prouver que la transition a bien commencée.

Et Wojciech Szczęsny n’est plus le gardien accumulant les boulettes que l’on a connu il y a plus cinq ans. Ainsi, Wojciech Szczęsny a un très joli taux de 65% de clean sheet, alors que Buffon ne pointe par exemple qu’à 55%. Certes, son taux d’arrêt par but encaissé reste en dessous de l’Italien, mais ils ont tout deux des qualités bien distinctes. Par exemple, Wojciech Szczęsny est très précis à la relance : 83% de passe longues réussies – Buffon est à 80%. Mais surtout, il faut tordre le cou à la rumeur selon laquelle Szczęsny serait le roi des boulettes. Il n’en a commis aucune cette saison, alors que Buffon, unanimement considéré comme un gardien de très haut niveau, en a déjà effectué deux cette saison en onze apparitions. Soit autant que Wojciech la saison passée avec Rome – et encore, aucune des deux n’avait conduit à un but. Alors ne vous étonnez plus lorsque vous voyez Szczęsny titulaire à la Juventus.