Un Atlético aux deux visages

Pour son tout premier match de Liga, le promu Girona a bien longtemps cru réaliser un exploit face à un cador du championnat qui a réagi dans les derniers instants de la partie.

Un Atlético aux deux visages
Gimenez sauveur de l'Atlético ce soir. (Twitter: @AtletiFR)

Une première mi-temps catastrophique

Incapable de jouer comme tétanisé, l'Atlético se fait malmener pendant les 45 premières minutes de jeu. À l'instar de Girona qui aurait pu être impressionné, car premier match en Liga, et pourtant que de belles actions proposées. Ce beau jeu est récompensé après une longue conservation de balle et de belles redoublées, le centre parfait du capitaine Granell trouve Stuani qui prend le timing parfait et ajuste une tête imparable pour Oblak (22ème). Dans la foulée, après un corner gagné excentré côté gauche, Granell s'élance pour le tirer, le ballon arrive au seconde poteau et est remis involontairement plein axe par Gimenez, Stuani seul n'a plus qu'à conclure d'une tête bien placée (25ème). Les Colchoneros sont fébriles, amorphes, n'arrivent pas à se trouver, créer des décalages et subissent les belles actions du promu. Girona a failli alourdir le score après un centre vicieux côté droit, Oblak renvoit mais directement sur Stuani qui arme une retournée qui se transforme en passe pour Portu, surpris, réalise un plat du pied pas assez puissant sauvé in extremis par le portier slovène (42ème).

Une deuxième période totalement folle

Le deuxième acte de cette partie va être incroyable, première action chaude pour l'Atlético avec un superbe ciseaux de Griezmann qui passe pas loin de la lucarne (50ème). Et puis on arrive à un des tournants du match (65ème), Torres en pivot décale Griezmann qui s'écroule dans la surface. L'arbitre s'avance et siffle... simulation et donc donne un carton jaune à l'attaquant français qui mécontent se relève et parle à l'arbitre qui transforme le carton jaune en rouge, les Colchoneros vont donc finir à 10. À ce moment là, on ne voit pas comment l'Atléti pourrait revenir au score et pourtant grâce à un superbe coaching de El Cholo, les madrilènes vont dépasser leurs limites. Correa fraîchement entré en jeu part en solitaire, élimine trois joueurs avant d'armer une frappe limpide en pleine lucarne et redonne espoirs aux Colchoneros (78ème). Seulement 6 minutes plus tard, l'Atlético obtient un coup franc côté gauche, Koke s'en charge et le frappe vers le point de penalty, le gardien manque complètement sa sortie et Gimenez reprend le ballon d'un tête rageuse et marque dans le but vide. Girona pourtant en supériorité numérique vient de perdre son avantage et voit l'Atlético revenir à son niveau. On est dans le temps additionnel le promu donne toutes ses forces et il faut un Oblak des grands soirs pour ne pas voir l'Atléti concéder un nouveau but. Après un débordement et un centre en retrait, Kayodé reprend et pense donner la victoire aux siens, mais c'était sans compter sur le gardien slovène qui réalise une parade réflexe grandiose.

Girona a donc craqué et a laissé filer cette première victoire en Liga qui leur tendait les bras, l'expérience des Colchoneros a surement fait la différence. L'Atléti doit se contenter d'un match nul et devra faire mieux la semaine prochaine sur le terrain de Las Palmas.

Compositions d'équipes:

Atlético de Madrid: Oblak - Lucas / Savic / Gimenez / Juanfran (Correa 57è) - Niguez / Koke / Gabi (Gaitan 68è) / Carrasco - Griezmann / Torres (Vietto 73è)

Girona: Iraizoz - Aday (Planas 71è) / Muniesa / Alcala / Espinosa / Maffeo - Granell / Pons / Garcia - Stuani / Portu (Kayodé 83è)