Premier titre de la saison pour le PSG

Opposé hier à Monaco en finale du Trophée du Champions, les Parisiens n'ont pas tremblé pour s'imposer sur le score de 2-1 et remportent ainsi une cinquième édition d'affilée. Dani Alves, la nouvelle recrue parisienne, a permis aux parisiens de remporter la victoire grâce à un somptueux coup franc et une belle passe décisive.

Premier titre de la saison pour le PSG
Dani Alves à la lutte avec Fabinho dans un duel 100% brésilien / Credits : PSG photos
Paris Saint-Germain
2 1
AS Monaco

Les compositions au coup d'envoi

Au coup d'envoi, le rapport de force semblait tourner légèrement à l'avantage du PSG sur le papier. 

Leonardo Jardim avait opté pour son désormais traditionnel système en 4-4-2, avec Falcao et Mbappé en pointe, un double pivot Fabinho Tielemans (qui remplace ainsi Bakayoko, transféré à Chelsea, dans le onze type), Lemar sur l'aile gauche et Sidibé sur l'aile droite (peut être la seule surprise de cette composition alors que tout le monde le voyait plutôt aligné latéral droit). La défense était composée de Kongolo (remplaçant Mendy parti à Manchester City), Jemerson, Glik et Kolo Touré. Subasic prenait place dans les cages.

L'entraîneur rouge-et-bleu Unai Emery avait quant à lui aligné le 4-3-3 habituel au club de la capitale. La composition ne recelait là aussi pas de véritable surprise, l'attaque était composée de Pastore, Cavani et Dani Alves (en l'absence de Di Maria), Rabiot et Verratti se plaçaient en relayeurs et Motta en sentinelle. La défense qui se présentait était assez classique là aussi avec Kurzawa, Thiago Silva, Marquinhos et Meunier. Profitant sans doute des bourdes de son homologue Kevin Trapp face à Tottenham, c'était Aréola qui était chargé d'être le dernier rempart face aux attaques monégasques.

Monaco dangereux en contre-attaque

Dans les premières minutes du match, la fatigue et le décalage horaire se faisaient clairement sentir chez les Parisiens qui se faisaient clairement bousculer par le pressing monégasque. Plusieurs pertes de balles très rapides aux 20 mètres amenaient des situations potentiellement dangereuses en faveur des monégasques. Il faut seulement 2 minutes à Fabinho pour tenter la première frappe du match, puis de nouveau sur une récupération haute Lemar lance Mbappé qui trompe facilement Aréola. Le but fut cependant refusé pour une situation claire de hors-jeu (5'). La réponse parisienne ne se fait pas attendre, par un centre de Rabiot repris de volée par Alves puis repoussé par Subasic, qui arrive aussi à contrer la reprise du bout du pied de Cavani (6'). Le match était bien lancé.

L'équipe francilienne, qui évoluait devant un public de 45 000 personnes assez hostile et qui n'hésitait pas à siffler lorsque le ballon passait dans les pieds des joueurs parisiens. Cependant, les joueurs d'Unai Emery ne se laissaient pas démonter et monopolisaient le ballon, enchaînant plusieurs situations chaudes aux abords de la surface. C'était sans compter la capacité de l'AS Monaco de jouer très rapidement vers l'avant, et sur un ballon perdu nonchalement par Motta, Fabinho lance parfaitement Sidibé qui a face à lui, un boulevard laissé libre par Kurzawa, le joueur monégasque contre très bien la sortie d'Aréola en piquant parfaitement son ballon (but Monaco, 30'). 

À la pause, le Paris Saint Germain dominait largement au niveau de la possession de balle mais cette possession restait stérile et l'AS Monaco avait su prendre sa chance en contre-attaque.

Dani Alves donne la victoire au PSG

Au retour des vestiaires, c'est la recrue brésilienne du club de la capitale Dani Alves qui se fait remarquer en inscrivant l'égalisation d'un coup franc frappé très fort à la droite du portier monégasque (but PSG, 51'). La physionomie du match semble avoir changé et les parisiens éprouvent beaucoup moins de difficultés à percer les premières lignes monégasques, peut-être en raison de la baisse d'activité des attaquants Mbappé et Falcao. Dani Alves est en feu, et après un centre parfait pour une tête mal ajustée de Rabiot (60'), le joueur de la Seleçcao est à deux doigts de lober Subasic sur un centre/tir (62'). Mais Alves ne s'arrête pas là et continue de distiller des centres, et Rabiot place à nouveau sa tête et réussit cette fois-ci à faire mouche (but PSG, 63'). 

Les parisiens négocient calmement la fin de match. Leonardo Jardim effectue ses changements (Kongolo par Rony Lopes, 66' ; Mbappé par Carillo, 70' ; Sidibé par Saint Maximin, 77'). Unai Emery fait lui aussi les siens (Motta par Matuidi ; Pastore par Guedes, 86' ; Verratti par Nkunku, 90'). 

Quelques occasions se succèdent, notamment pour Monaco via Falcao (88') mais l'arbitre marocain siffle la fin du match et le PSG s'impose face au champion de France et raffle ainsi son premier titre de la saison ! Peut être le début d'une longue série ?

 


Share on Facebook