Bilan OL - Phase de groupes Ligue des Champions 2016-2017

Contexte, retour sur les confrontations contre le Dinamo, la Juve et Séville, focus sur l'homme de la phase de groupes et la suite.

Bilan OL - Phase de groupes Ligue des Champions 2016-2017
Bilan OL - Phase de groupes Ligue des Champions 2016-2017

2ème année consécutive en Ligue des Champions pour les lyonnais après l’échec de la dernière campagne (4ème avec 4 points d’un groupe comprenant La Gantoise, Valence et le Zenit). A l’orée de la phase de groupes 2016-2017, les gones ont pour ambition de montrer que leur place dans la plus grande des compétitions n’est pas usurpée et c'est surtout l’occasion de prouver qu’ils ont gagné en expérience.

Un groupe à priori abordable avec Séville, le Dinamo Zagreb et la Juve faisant office de grand favori. Aussi, les croates se rappellent au bon souvenir du clan lyonnais, avec un succès 7 buts à 1 à Zagreb pour une qualification inespérée lors de la saison 2011-2012. Séville est, quant à elle, l’équipe facteur X de ce groupe mais elle part avec un petit avantage sur l’OL du fait d’un recrutement ambitieux (Nasri, Ben Yedder, Vazquez, Ganso, Vietto entre autres) mais elle est surtout coachée par Jorge Sampaoli qui prône un jeu offensif oppressant et de qualité. Séville est d’ailleurs 3ème du championnat espagnol derrière les intouchables Real Madrid et FC Barcelone.

Le pronostic des Bookmakers :

1-Juventus Turin

2-FC Séville

3-Olympique Lyonnais

4-Dinamo Zagreb

Dinamo Zagreb

3/0, compo : Lopes, Yanga-Mbiwa, Nkoulou, Morel, Rafael, Gonalons, Rybus, Ferri, Darder, Tolisso, Cornet 

Mercredi 14 septembre 2016, 20h45, ça y est on y est ! Le premier match européen dans l'outil 100% connecté tant rêvé par Jean-Michel Aulas. Certes l’adversaire n’est probablement pas le cador rêvé par le président mais ça fera l'affaire. Pour cette 1ère journée l'OL avait l’occasion de démarrer sa campagne européenne 2016/17 à domicile face à l’adversaire supposé le plus faible de sa poule. Autant dire que tout autre résultat qu’une victoire compromettait sérieusement les chances de qualification des gones pour une qualification en 1/8ème de finale.

Les Lyonnais n’ont pas tremblé, le formidable outil commença son histoire continentale par une victoire 3/0. Bébé Tolisso porta le premier coup de gourdin à la 13ème minute, son grascolyte Ferri doubla la mise à l’entame de la seconde mi-temps et Cornet enfonça le clou à la 56ème. Les lyonnais retrouvèrent ensuite leurs amis croates (souvenez-vous en 2011 le quadruplé de Gomis et le clin d'oeil de Vida à son auteur) lors de la 5ème journée de Ligue des Champions.

1/0, compo : Lopes - Rafael Mbiwa Nkoulou Morel - Gonalons Ferri Darder - Valbuena Cornet Lacazette 

Depuis le match aller les gones n’ont marqué qu’un point. Cependant une victoire pouvait offrir aux protégés de JMA une finale pour la qualification en 8ème de finale contre le FC Séville. Le travail a été fait dans la douleur, une victoire 1/0 sur un but du fer de lance de l’attaque lyonnaise, le numéro 10 Alexandre Lacazette après une offrande de Rafael. En résumé, l'OL prend 6 points sur 6 possibles contre le Dinamo Zagreb, soit un meilleur bilan comptable sur ces deux seuls matchs que pour la totalité de la campagne désastreuse de 2015/16 (4 points en 6 matchs). Le Dinamo étant l’adversaire le plus abordable du groupe, la bande à Gonalons n’avait d’autre choix que de remporter ces deux matchs afin d’espérer une qualification en 8ème de finale et le boulot a été fait, bien fait.

Juventus Turin

0/1, compo : Lopes - Rafael Mbiwa Nkoulou Diakhaby Morel - Gonalons Darder Tolisso - Fékir Lacazette

Ah la Juventus de Turin, cette Vieille dame, qui s'offre une cure de jouvence en devenant le premier Top Club à venir fouler la pelouse du Parc OL et elle est donc la tête d'affiche d'une rencontre à paillettes qui sent la poudre et promet le feu.

Nous recevons les turinois le 18 octobre et que de regrets sur ce match. Défaite 1/0 et, une fois n'est pas coutume, nous ne pouvons qu'être en accord avec l'analyse de l’omniscient Daniel Riolo : «J’aurais été moins sévère avec Lyon s'ils avaient pris un 3/0 et une leçon de foot » Comment est-ce possible me direz-vous ? Retour sur le match, l'OL subit la 1ère mi-temps, cependant à la 35ème minute les gones ont l’occasion de faire basculer le match à la suite d'une faute de Bonucci sur Diakhaby dans la surface de réparation, PENALTY. le bien nommé Penalcazette s’avance mais échoue sur Bouffon. Deuxième penalty manqué par Lacazette en LDC après son terrible échec contre La Gantoise. On se dit que les rhodaniens ont laissé passer leur chance mais nouvel espoir à la 54ème minute lorsque Lemina se fait exclure. Les Gones se retrouvent alors à 11 contre 10 à la maison et peuvent forcer leur destin européen. Malheureusement ils déjouent et Morel se fait « Reveillèriser » par Cuadrado à la 76ème, un but qui se révèlera être l’unique du match malgré plusieurs parades de grande classe du plus tout jeune mais toujours aussi fringuant Buffon. Quelle déception.

1/1, compo : Lopes - Rafael Mammana Diakhaby Morel - Gonalons Tolisso - Ghezzal Rybus - Fékir Lacazette

L’Olympique Lyonnais retrouve les Turinois la journée suivante au Juventus Stadium et, à vrai dire, personne ne donne une chance à nos gones sur ce match. La dynamique n’est pas bonne et le souvenir du match aller est toujours pesant. Le début de match va confirmer cette tendance, Higuain ouvrant le score sur penalty à la 18ème minute après une faute grossière de Diakhaby sur Mandzukic. C’est dos au mur que les lyonnais vont réussir à se révolter, parvenant à faire jeu égal avec les finalistes de l’édition 2014/15 et réussissant même à égaliser à la 84ème minute grâce à Tolisso, qui vient placer un coup de casque imparable à la suite d'un coup france bien frappé par Rachon Ghezzal. Bien que Gonzalo Higuain (spécialiste du genre) ait raté à plusieurs reprises le break pour la Juve, l'OL peut nourrir des regrets sur ce dernier rush de Lacazette qui voit sa frappe contrée puis stoppée par un Buffon des grands soirs. Résultat de la double confrontation : 1 point. Mais celui là est d’une importance capitale car il permet aux hommes de Génésio de rester dans la course pour la qualification. En résumé, sur ces deux matchs, la Veille Dame nous l’a fait à l’expérience. Comme lors du quart de finale Europa League 2014, si près, si loin…

Séville

0-1, compo : Lopes - Gaspar Mbiwa Nkoulou Morel Rybus - Gonalons Darder Tolisso - Cornet Fékir

Le match aller a lieu le 27/09/2016 au stade Sánchez Pizjuan, où après une première mi-temps de bonne facture avec notamment deux opportunités pour Fékir, l'OL baisse le pied pour finalement concéder l'ouverture du score à Ben Yedder (52ème minute). Séville se permettra même le luxe de rater un penalty par l'intermédiaire de Vietto. Malgré deux opportunités pour Tolisso dont une qui frappe le montant, les lyonnais ne reviendront pas et doivent s'incliner logiquement face à une équipe sévillane plus tranchante et réaliste.

0/0, compo : Lopes - Rafael Mapou Diakhaby Morel - Gonalons Darder Tolisso - Ghezzal Valbuena Lacazette

La "finale" de ce groupe se joue le 07/12/2016, veille de fête des Lumières dans la cité lyonnaise. Une première mi-temps qui se joue sur un faux rythme avec une équipe sévillane qui laisse volontiers le ballon aux partenaires de Gonalons. Malgré 2 grosses occasions de Tolisso sur la barre et Valbuena superbement claquée par Rico, les lyonnais rentrent aux vestiaires bredouilles sur un score nul et vierge. On se dit alors que l'OL va accélerer le rythme pour déstabiliser le bloc espagnol mais rien n'y fait et le contenu est globalement fade. Entre absence de leaders et coaching tardif, la question d'une compétition encore trop grande pour les jeunes épaules lyonnaises se pose.

Homme de la phase de groupes de LDC : Tolisso

Ouverture du bal face à Zagreb, l’équipe annoncée comme étant la plus faible du groupe. L’OL est donc ultra favori et c’est le numéro 8 lyonnais qui ouvre la voie d’un large succès 3 buts à 0. Il délivre également une passe décisive à Cornet pour le 3ème but. Par la suite l’OL enchaîne 2 défaites à Séville et à domicile face à la Juventus. L’élimination est proche à Turin où les lyonnais sont menés jusqu’à la 84ème minute mais Tolisso surgit pour placer un coup de tête gagnant qui maintient son équipe en vie. La suite ? L’OL s’impose à Zagreb et s’offre une finale face à Séville au Parc OL. Bémol, il rate une occasion en or lors de la première période de ce match pour la qualif' qui aurait probablement donné ce grain de folie dans cette rencontre qui en manquait cruellement. Indispensable cependant.

But contre le Dinamo Zagreb:

But face à la Juve:

Bilan de la rédaction Vavel

8 points pour cette édition 2016-2017 dans un groupe plus relevé que lors de la dernière campagne où les lyonnais étaient passés à travers avec seulement 4 petits points récoltés. D'un point de vue comptable c'est positif. La double confrontation face à la Juventus laisse également des regrets et comme face à la Gantoise un an auparavant, on ne peut s'empêcher de se demander quelle aurait été la suite si Lacazette avait transformé son penalty. L'OL a assumé son statut de favori face à Zagreb, a largement titillé la Juventus et laissé entrevoir qu'ils n'avaient rien à envier à Séville. 

Cette désagrable sensation peut se résumer en une phrase : "On a l'impression d'être si près et pourtant on est si loin..."

Les + : 

- Etat d'esprit convaincant

- Expérience engrangée

- Bilan comptable

- L'OL sera européen en 2017

Les - :

- Coaching souvent tardif

- Manque d'idées dans l'animation offensive

- On attend plus de Lacazette comme avaient pu faire Benzema à Glasgow ou Lisandro face au Real

- Morel titulaire lors des 6 rencontres

La stat':

L'OL a frappé 5 fois les montants lors de ces 6 matchs. 4 fois face à Séville. Rageant.

Bilan vu par les supporters

Les optimistes

Les frustrés

Les pessimistes

Cependant vous restez globalement optimistes

Et après ?

Aulas le promet, l'OL jouera l'Europa League à fond et donne rendez-vous pour la finale à Stockholm. La communication est bonne car il est primordial de maintenir son groupe sous pression sur la durée en leur fixant ou en réadaptant les objectifs. Cependant la réalité du terrain et du tirage au sort permettent souvent de revoir à la hausse ou à la baisse ses ambitions dans ce genre de compétitions. Premiers éléments de réponse le 12/12/2016, 13h à Nyon avec le tirage au sort qui devrait épargner les lyonnais pour cette entrée en 1/16ème de finale. Les gones connaitront également ce jour leur adversaire potentiel en cas de qualification pour les 1/8ème de finale.

En collaboration avec @KoomenMathieu

Olympique Lyonnais