De la difficulté et des promesses

Si le SCO a souffert face à des Bordelais revanchards et plus en jambes, l'équipe de Stéphane Moulin a affiché quelques ambitions intéressantes dans le jeu.

De la difficulté et des promesses
L'oeil du tigre
Angers SCO
2 2
FC Girondins de Bordeaux

Angers recevait les Girondins de Bordeaux pour la première journée de la saison 2017/2018 de Ligue 1. Après avoir ouvert le score (Fulgini, 11'), les Angevins ont beaucoup subi et permis à Bordeaux de prendre le dessus (Sankharé 27', Mendy 52'), avant d'égaliser en fin de rencontre (Guillaume, 88').

De la difficulté

« Il n’y avait pas d’impuissance, mais de la difficulté » : Stéphane Moulin, toujours le mot juste, résumait ainsi le premier match de la saison de son équipe. Le SCO recevait les Girondins de Bordeaux, son adversaire favori depuis son retour en L1 certes (aucune défaite en cinq matchs), mais aussi une équipe en progression constante depuis l’arrivée de Jocelyn Gourvennec sur le banc de touche. C’était aussi une bête blessée : l’élimination en Europa League, trois jours plus tôt, obligeait les Girondins à réagir. Ajoutons à cela le fait que Bordeaux avait déjà deux matchs de compétition dans les jambes et l’on comprend aisément « la difficulté » qu’évoquait S. Moulin.

Le résultat paraît même heureux : Bordeaux a une occasion en or d’inscrire le but du 1-3 et Angers égalise à la toute fin du match, sur sa deuxième occasion (seulement) de la 2nde mi-temps. Les Girondins ont en effet pris progressivement l’ascendant sur le SCO à mesure que le chronomètre avançait, grâce à une bonne maîtrise collective, à la fois technique et physique, et des individualités haut-du-panier (Malcom, par exemple, a fait souffrir les latéraux angevins).

Des promesses

Face à un tel adversaire, le SCO a certes subi, mais s’est également mis en évidence sur certaines phases de jeu. Cela a été peu relevé, mais le SCO a inscrit ses deux buts dans le jeu (voir vidéo ci-dessous).

 

(https://vimeo.com/228951996)

Les deux buts présentent des similitudes : le SCO relance court de derrière ; pour relancer, le SCO densifie son axe (Santamaria et Mangani venant à tour de rôle prêter main-forte aux DC) tandis que les latéraux prennent les couloirs laissés libres par les ailiers, rentrés intérieurs ; les actions partent de derrière mais sont accompagnées : il y a de la présence dans la surface adverse (4v4 sur le premier but ; Guillaume qui suit sur le second).

Or ces deux actions ne sont pas les seules : on peut isoler 4 autres séquences dans le match lors desquelles le SCO parvient à produire du jeu par des passes courtes, du mouvement et des relais entre les lignes (voir vidéo ci-dessous).

 

https://vimeo.com/228958297

Ces quelques séquences ont permis au SCO de déstabiliser l'organisation bordelaise et de se présenter dans la surface adverse. Il faut ici retenir la participation des latéraux (Manceau et Capelle), la disponibilité entre les lignes des attaquants excentrés (Fulgini surtout, mais aussi Sunu puis Toko Ekambi), la prise d'initiatives des défenseurs centraux (Thomas puis Pavlovic) et, à un degré moindre, le rôle du duo Santamaria-Mangani.

Un SCO nouveau ?

Est-ce à dire que l’on verra un SCO nouveau pour sa troisième saison en L1 ? Il est trop tôt pour le dire d’une part, mais plus encore ce serait oublier le fait que, déjà la saison passée, derrière les arbres Diedhiou et surtout Ndoye, se cachaient des séquences de jeu du même acabit – encore fallait-il ne pas regarder les seuls SCO-PSG et SCO-Monaco. On doit toutefois noter que Stéphane Moulin a une fois de plus innové : après avoir titularisé en 6 un milieu offensif de formation l’année dernière (Santamaria), il débute cette saison avec un autre milieu offensif repositionné en latéral (Capelle). S’il n’est pas encore dit que ce dernier soit un titulaire indiscutable, il est cependant certain que Capelle soit amené à durer à ce poste, puisque le SCO ne compte que 3 latéraux de métier (Manceau, Andreu, Ciss). Conjugué aux départs de Cissokho et de Martinez, tous deux un cran en-dessous techniquement, ce choix du coach angevin suggère une volonté claire d’avoir des latéraux capables de participer au jeu. Les deux buts angevins contre Bordeaux valident, s’il le fallait, un tel parti pris.