NBA Week 4 : Harden est vénère

Chaque semaine, Vavel vous proposera de revenir sur la semaine NBA passée. Du match aux joueurs de la semaine en passant par la suggestion pour la semaine suivante, analyse de l'actualité NBA avec du sérieux et un poil d'humour. Au programme cette semaine, Westbrook se pose des questions, un barbu encore au top et les Celtics enfilent les victoires comme des perles

NBA Week 4 : Harden est vénère
NBA Week 4 : Harden est vénère

Match de la semaine : Rockets - Cavaliers (117 - 113)

Est contre Ouest. C’est toujours intéressant d’observer ces duels et de voir la faiblesse de la conférence Est. Cleveland dans le dur qui n’arrive pas à enchaîner plus de 2 victoires de suite. Et hors de la zone des play-offs dans la nuit de vendredi au moment de ce match pouvait montrer le mieux entrevu lors des derniers matchs. Opposé aux Rockets qui caracolent en tête de la conférence Ouest malgré la blessure de Chris Paul. Un duel entre Lebron James et James Harden qui devait tenir toutes ses promesses. Et ça a été le cas. Un début de match serré Cleveland avait même pris 6 points d’avance mais va connaître un gros trou d’air. 3’46 sans inscrire un point et un 17-0 en faveur des Rockets. C’est Lebron qui stoppe l'hémorragie d’un petit fadeway des familles. Lebron disait en début de semaine lorsque Cleveland gagne le 1er quart-temps, ils gagnent le match. À la fin de celui-ci, Houston mène (36-25). Un deuxième quart-temps qui commence comme le deuxième a fini, avec un run des Rockets. Il va falloir le retour du King sur le parquet pour voir Cleveland revenir dans la partie et mener à la pause. Bien aidé par Jeff Green qui a littéralement pris feu (27 points à 73% au tir et 66% à longue distance). Le seul à avoir tenu son rang avec Lebron (33 points, 4 rebonds et 7 passes). Cleveland mène 67-65 à la pause. Houston n’a pas eu l’adresse nécessaire pour tenir le match. Mais ils vont redresser la barre au 3e quart-temps grâce à Harden notamment qui remet dedans et s’offre un triple double (35 points, 11 rebonds et 13 passes). 5 steals qu’il ne faut pas oublier non plus. À l’entame du dernier quart-temps, Houston mène et ne cèdera pas. Harden va se muer en passeur et c’est Capela qui lui aussi fait un gros match, se mettra en valeur (19 points, 13 rebonds et 4 contres). Le Suisse va tuer le match d’abord en mettant 5 points dans la dernière minute au rebond offensif. Puis sur un contre venu d’ailleurs sur Lebron alors qu’il ne restait que quelques secondes. Un match plein de suspense qui a tenu toutes ses promesses même si les amateurs de défenses n’ont pas forcément pris du plaisir devant.

Joueur de la semaine à l’est : Kyrie Irving

Il n’a pas fait de cartons hormis contre Atlanta où il inscrit 35 points mais il est tellement important dans le jeu des Celtics. Sa semaine a été ternie par ce coup de coude de son coéquipier Baynes contre Charlotte. Ce qui l’obligera à jouer masquer. Contre les Lakers, il a régalé ses coéquipiers par ses passes. Contre Atlanta, il conforte la victoire des Hawks avec un petit flopping à 10 secondes de la fin. Irving n’est pas un joueur comme Harden à mettre des cartons mais il sait se rendre important. Derozan qui s’est bien chauffé cette semaine, mérite d’être cité également.

Joueur de la semaine à l’ouest : James Harden

Le barbu continue sur sa lancée du début de saison en offrant 3 victoires à son équipe contre Utah, Cleveland et Memphis. Avec respectivement 56, 35 et 38 points à son compteur et un triple double contre les Cavaliers. Il a été tout simplement énorme encore une fois. Que ce soit son carton face au Jazz avec un % proche du perfect ou son triple double sur des bases jordaniennes face à Lebron. Il compense l’absence de Chris Paul en menant son équipe. Au service de ses coéquipiers, tout particulièrement. Les Rockets sont à égalité avec les Warriors au bilan et partagent la tête de la conférence Ouest. Qui cette fois se mettra en travers de la route du barbu pour le titre de MVP ?

L’équipe au top : Pistons

On aurait pu mettre les Celtics qui sont sur une série de 11 victoires sans Hayward, Horford et Irving (pour le dernier match) mais on aura sûrement l’occasion de les retrouver au cours de la saison. Saluons le début de saison des Pistons, 4 victoires de suite dont 3 cette semaine qui les classe à la deuxième place de la conférence Est. Certes ils profitent d’un calendrier favorable (Atlanta, Indiana, Sacramento) même s’ils ont battu les Bucks du Greek Freak candidat aux play-offs. Encore faut-il savoir bien le négocier. Sans franchise player, peu voyaient les Pistons à ce niveau surtout après la saison dernière. Stan Van Gundy s'appuie sur un basket collectif et défensif fidèle à l’état d’esprit de Détroit. Quand Reggie Jackson est droit dans ses baskets, c’est tout de suite plus simple. Il a augmenté toutes ses stats par rapport à la saison dernière, sans exception. Tout comme Drummond qui quand il joue comme ça est capable de postuler au titre de meilleur défenseur de la ligue. Meilleur rebondeur de la ligue actuellement et dans les tous meilleur en interception. En plus, il a doublé son % aux lancers francs (passé de 38 à 64). Detroit une des meilleures équipe en interception, un bonus apporté par Avery Bradley venue tout droit de Boston, qui en plus met dedans. C’est simple, le scoring est très bien réparti entre ces trois-là et Tobias Harris, meilleur marqueur de l’équipe à 19,7 points par match. L’ailier fort fait un excellent début de saison. Il a réussi à passer son shoot extérieur de 34% à 49%. Sans oublier le banc qui répond présent. Ish Smith et Langston Galloway entre autres. Le calendrier va se corser un peu. Boston, Minnesota, Cleveland, Oklahoma d’ici deux semaines. On pourra vraiment juger à ce moment-là. Mais ce qui est pris n’est plus à prendre.

L’équipe pas au top : OKC

Après un bon début où on pensait que la machine était lancée même si tout n’était pas parfait. Finalement l’euphorie est vite retombée. Ils ont coupé leur série noire de 4 défaites face aux Clippers eux aussi en mal de victoire. Une des 10 moins bonnes attaque de la ligue malgré des scoreurs fous comme Westbrook, Paul George et Carmelo. Sur leurs 5 derniers matchs, ils ne dépassent pas les 100 points. Et ont même perdu contre Sacramento. Les problèmes sont multiples. Déjà dans la gestion des joueurs. On peut reprocher à Donovan de ne pas assez impliquer le banc sur le terrain. Il n’est pas rare de voir un du big three jouait plus de 40 minutes. Venus apportés une adresse à 3 points, Paul George et Melo ne sont pas dans de bons standards même s’ils tournent à 20 points de moyenne quand même. L’impression qu’il délaisse la pénétration et le jeu à l’intérieur où Adams devrait profiter du boulot de ses trois partenaires. Mais avec Westbrook, OKC ne sera jamais une équipe comme Golden State. Autre élément marquant, le manque d’un leader que devrait être Westbrook. C’est visible sur les dernières possessions où le ballon n’est jamais dans les mêmes mains alors que Westbrook devrait l’avoir. Ce qui n’empêchera pas de servir PG ou Melo. Il y a une volonté de bien mais à faire trop de politesse ils en oublient d’être agressif et instinctif. Surtout que défensivement, personne ne rechigne à sa tâche. C’est la meilleure équipe de la ligue en matière d’interception (10,8 par match) et dans le lot de tête en contre. Contre les Clippers, PG a pris ses responsabilités en pénétrant plus. Ce n’est pas seulement un tireur à 3 points. Alors faux départ ou flop à venir pour le Thunder ?

Suggestion du week 5 : Celtics - Warriors

C’est l’affiche de cette semaine 5. Les deux meilleurs bilans de la ligue s’affrontent dans un match qui coupera forcément la série d’une des deux équipes. 11 victoires pour Boston et 6 pour Golden State. Est-ce que ne serait pas le premier affrontement de la saison entre deux équipes qui pourrait se retrouver en finale ? Si on connaît les Warriors, il sera intéressant de voir le comportement de Boston dirigé par l’excellent Brad Stevens. Il serait capable de construire une maison avec 3 bouts de bois, un bout de carton et du scotch. C’est aussi dans ces affrontements que Kirye doit montrer ce pour quoi il est parti de Cleveland. Être le franchise player d’une équipe. L’attention sera surtout tourné sur la jeunesse des Celtics mais une rencontre intéressante en perspective.

Et pour finir le top 5 de Kyrie Irving contre les Lakers

-->