NBA Week 2 : Cleveland en plein doute

Chaque semaine, Vavel vous proposera de revenir sur la semaine NBA passée en bref. Du match aux joueurs de la semaine en passant par la suggestion pour le week suivant, analyse de l'actualité NBA avec du sérieux et un poil d'humour. Au programme cette semaine, un Cousins enragé, un Victor Oladipo étonnant, des Cavs malade et un Magic à qui tout sourit.

NBA Week 2 : Cleveland en plein doute
Lebron James semble bien seul comme sur ce dunk au Barclays center de Brooklyn (Source Image: NBA.com)

Match de la semaine : Thunder - Wolves (113 - 115)

C'était le premier affrontement d'une série de 4 matchs. Première rencontre depuis que ces deux équipes sont devenues des "super teams" avec les arrivées de Paul George / Carmelo Anthony d'un coté et Jimmy Butler de l'autre. Une confrontation scrutée d'autant plus que les deux franchises sont à la peine depuis le début de saison, les nouvelles arrivées demandant une adaptation logique. Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette affiche n'aura pas déçu, avec des leaders au rendez-vous et  des lieutenants présents mais encore en rodage pour certains. Porté par un Karl-Anthony Towns dominateur dans la raquette (27 points à 11/17 au tir), bien épaulé par son nouveau meneur Jeff Teague (9passes), les Wolves dominent les débats durant quasiment l'intégralité de la rencontre. Le Thunder amorcera son retour au début du 4e quart-temps d'abord grâce au banc (Felton et Abrines notamment) avant que Russ West ne prenne le relais pour ramener OKC sur les talons des Loups. Alors qu'il reste 8,9 secondes à jouer sur l'horloge et que le Thunder est à -2, Carmelo Anthony fait la remise en jeu pour Westbrook qui lui redonne dans la foulée, Melo prend le shoot derrière l'arc à 45°.. FICELLE.  Billy Donovan et ses hommes pensent tenir la victoire, d'autant plus qu'il ne reste que 4 secondes et 7 dixième sur l'horloge et que Tom Thibodeau n'a plus de temps-mort. Sur l'action suivante, Taj Gibson file la gonfle à Wiggins qui échappe à Paul George grâce à un écran "douteux" de Towns, il se resitue face au cercle et se lève à 9 mètres. DEDANS. Les Wolves l'emportent et Andrew Wiggins vient de rentrer le plus gros shoot de sa jeune carrière. Une première intense entre ces deux équipes aux visages nouveaux, on attend la suite avec impatience.

Joueur de la semaine à l'Est : Victor Oladipo

Grosse semaine pour le nouveau franchise player des Pacers : 28,7 points, 4 rebonds et 2,7 assists de moyenne mais surtout 60% au tir dont 60% du parking et 95% aux lancer-francs. Le garçon à tendance à être un croqueur mais Vico a décidé de ranger ses habitudes au placard pour cette 2e semaine de la saison. Il nous a offert 3 performances exceptionnelles. D'abord, il a mené les siens à la victoire face aux Timberwolves bien aidé par un Cory Joseph adroit. Il retrouvait ensuite son ancienne équipe, le Thunder où il n'a jamais trouvé sa place et contre laquelle il dû s'incliner, malgré ses 35 points. Mais en point d'orgue, il y a ce shoot donnant la victoire contre les Spurs ! Une semaine de rêve pour Victor Oladipo qui semble bien s'épanouir dans les champs de l'Indiana.

Joueur de la semaine à l'Ouest : DeMarcus Cousins

Privé d'Anthony Davis, les Pelicans comptait sur DeMarcus Cousins pour compenser l'absence de "Unibrow". Le pivot a plutôt bien rempli cette tâche si on en croit les statistiques : 36,3 points, 16 rebonds, 6,3 assists, 1,7 interception et 1,3 contre de moyenne pour le pivot des Pels. Du très très sale qui nous rappelle son époque aux Kings. Tiens, tiens, DeMarcus retrouvait justement son ancienne franchise et les fans n'ont pas oublier de rendre hommage à leur ex-pivot, très apprécié en Californie. Cousins leur a en quelque sorte rendu la pareille en étrillant ses anciens coéquipiers (41 points, 23 rebonds et 6 passes). Du coup, 3 victoires pour New Orleans dont une face aux Cavaliers qui permet d'égaliser leur bilan.

L'équipe au top : Orlando (3 victoires - 0 défaites)

Le Magic d'Orlando est surprenant en ce début de saison. L'équipe de Mickey carancole en tête de la conférence Est notamment grâce à une attaque de folie (118 pts/m, 2e de la ligue) et un collectif bien huilé. Les 3 victoires en sont la démonstration parfaite, chacune étant le fruit d'un joueur différent. Une victoire d'abord collective face à Cleveland (décidément tout le monde se tape les Cavs) avec pas moins de 6 joueurs à 10 points ou plus avant qu'Aaron Gordon ne torche les Nets, en faisant péter son career-high au passage (41 points). Enfin, c'est un Evan Fournier de gala (25 points à 10/12 au shoot) comme depuis le début de la saison qui a permis aux hommes de Frank Vogel d'infliger une rouste à ceux de Greg Popovych. Il va falloir confirmer et surtout enchaîner avec un mois de novembre qui s'annonce chargé (2x Boston, Golden State, Minnesota, OKC).

L'équipe pas au top : Cleveland (0 victoires - 3 défaites)

Rien ne va plus chez les Cavaliers. 3 défaites consécutives, contre des équipes qui n'étaient même pas présentes en play-offs la saison dernière (New-York, Brooklyn et Orlando, des foudres de guerres). Une défense ridicule, des rotations douteuses, des joueurs qui ont du mal trouver leurs rôles (DWade, Thompson). Depuis le début, les Cavs ont mis un type défense en place sensé contrer l'attaque des Warriors : du switch sur tous les joueurs. Sauf qu'entre un effectif fortement chamboulé durant l'été, un Derrick Rose toujours disparu depuis 2011 et des choix hésitants sur le terrain, la défense des Cavs ne ressemble à rien. Seul satisfaction du coté des cavs : Kevin Love qui accepte tout sans discuter et s'accomode de son repositionnement au poste de pivot. Un fautif est pointé du doigt et ce dernier doit passer sur le banc des accusés dés le prochain paragraphe.

Question de la semaine : Quand est-ce que Lebron va virer Tyronn Lue ?

Oui, la question mérite d'être posée. Depuis sa prise de fonction en 2016, Tyronn Lue est sévèrement critiqué pour son "absence" de coaching. Le titre a peut-être fait oublié cela pour un temps mais dés que les défaites s'enchaînent, une épée de damoclès réapparaît au-dessus de son crâne. Dernière preuve en date, la réhabilitation de Gérard Smith dans le 5 majeur à la demande d'un Dwyane Wade ne trouvant pas sa place dans le 5. Si les joueurs voient ce qu'un coach ne voit pas, c'est qu'il y a un vrai problème. Quand Lebron James perd 3 matchs de suite contre des équipes qui n'étaient même pas en PO la saison dernière pour la première depuis 2004, c'est que son équipe va mal, très mal. Le pire dans tout ça, c'est que le King semble affecté par cette situation et ces stats s'en resentent (seulement 18 et 16 points respectivement face aux Pelicans et Knicks, pour le plus grand malheur de tous les joueurs TTFL l'ayant sélectionné ce week-end). Si c'est LBJ lui-même qui a intronisé Lue au poste de head-coach, il pourrait le faire dégager aussi vite. Comme l'a dit Lebron "nous ne sommes qu'en octobre " mais le chrono semble déjà lancé pour Tyronn Lue.

Suggestion du Week 3

Pour cette 3e semaine de régulière, on vous propose de regarder un classique du genre : Spurs - Warriors. À l'ancienne. Depuis quelques temps, cette confrontation nous a toujours donné des rendez-vous épiques (victoire des Spurs en Opening Season l'année dernière, Game 1 des dernières finales de conférence). En bonus, on pourrait voir le retour de Kawhi Leonard du coté des Spurs, histoire de voir ces retrouvailles avec Zaza Pachulia.

Allez et pour bien finir cette Week 2, on vous offre le top 10 de la Week 1, on est comme ça chez Vavel. Un indice, la 1ere place se trouve du côte de South Beach, joli poster de vacances.