Preview des Spurs 2017/2018 : Les Papys vont devoir faire de la résistance

Après une nouvelle saison au-dessus des 60 victoires, les Spurs reviennent avec l'intention de rester les adversaires numéro un des Warriors à l'Ouest. Mais attention car de nouveaux visages débarquent sur la West Coast et l'habituelle balade de santé en régulière pourrait se transformer en chemin tortueux.

Preview des Spurs 2017/2018 : Les Papys vont devoir faire de la résistance
Quand tu vois l'intersaison de la conférence Ouest (expressnews.com)

Mouvements :

 

Arrivées : Rudy Gay, Joffrey Lauvergne, Brandon Paul, Derrick White (29e choix de draft)

Départs : Jonathon Simmons, Dewayne Dedmon, Joel Anthony, David Lee

Prolongations : Patty Mills, Pau Gasol, Manu Ginobili

 

Un été calme et réfléchi dans le Texas, comme souvent avec peu de grosses arrivées. La franchise des Eperons était pourtant citée dans pas mal de rumeurs concernant notamment Chris Paul, ce dernier préférant rejoindre James Harden à Houston et LaMarcus Aldridge, dans des discussions de trade avec les Suns lors de la draft. Le roster de Greg Popovych a subi quelques modifications mais rien de bien méchant. Jonathon Simmons et Dewayne Dedmon ont profité du tremplin Spurs pour signer un gros contrat, respectivement au Magic et chez les Hawks. Dans la foulée, SA s’est renforcé en signant Rudy Gay, l’ex scoreur des Kings. Eh bien évidemment la French Connection de San Antonio s’agrandit avec l’arrivée de Joffrey Lauvergne qui pourrait avoir un rôle important en sortie de banc. Avec aussi peu d’arrivées, le GM R.C Buford se devait de conserver les cadres de l’équipe et certains ont pu recevoir un beau chèque à la maison. Tony Parker convalescent, la prolongation de Patty Mills était inéluctable et le petit Australien fut prolongé pour 50 millions sur 4ans afin d’épauler Murray à la mène. Ensuite, Pau Gasol déclineant sa player option, on s’attendait à ce que le pivot espagnol resigne pour un montant risible. « Nada », l’aîné des frères Gasol a pris son pactole comme tout le monde, 48 millions sur 3ans. Auteur de bonnes stats pour sa 1ere année en carrière en tant que remplaçant (12,4pts et 7,8 rebonds), la facture est assez salée pour un vétéran sur la pente descendante. Enfin, nous ne pouvions pas oublier Manu Ginobili qui resigne pour deux piges supplémentaires, on savoure et James Harden aussi ! Au final, on est un peu perplexe sur cette intersaison des Spurs. Un effectif semble-t-il moins profond  qu'a l'accoutumée tandis que de nombreuses écuries de l'Ouest n'ont pas hésité à être agressif sur le marché de l'été.

 

 

Effectif :

 

Meneur : Dejounte Murray, Patty Mills, Tony Parker, Brandon Paul

Arrière : Danny Green, Manu Ginobili, Bryn Forbes

Ailier : Kawhi Leonard, Kyle Anderson

Ailier-fort : LaMarcus Aldridge, Rudy Gay, Davis Bertans

Pivot : Pau Gasol, Joffrey Lauvergne

(En gras, figure le potentiel 5 majeur aligné en début de saison)

Pas de bouleversement majeur dans le 5 des Spurs à l'exception de Pau Gasol qui sera le titulaire au poste de pivot. L'équipe est et sera encore articulé autour de son meilleur joueur, Kawhi Leonard. Fortement responsabilisé l'an dernier en participant beaucoup plus à la création du jeu, Pop va encore davantage s'appuyer sur son ailier, en constante progression depuis ses débuts professionnels. Le banc reçoit de beaux apports avec les arrivées de Gay et Lauvergne. Le premier tentera de revenir d'une rupture du tendon d'achille qui l'a privé d'un beau contrat cet été et pourrait parfois se voir titulariser si son incorporation au sein de l'institution Spurs s'opère bien. Ensuite, Jololo a une opportunité à saisir dans une raquette texane décrié puis quelques saisons. Ce n'est pas sans raison si Dewayne Dedmon s'est fait un nom la saison passée. Pop a un don pour révéler au grand jour des joueurs dans l'anonymat. Avec sa combativité et son shoot, Joffrey pourrait être une bonne surprise. Sinon, El Manu continuera de nous régaler en tant que 6e homme et les jeunes comme Anderson ou Forbes continueront d'apprendre et de se développer.

 

Joueur à suivre : Dejounte Murray

 

Les rookies et la franchise du Texas, toujours une grande histoire d’amour. En play-offs chaque année depuis deux décennies et donc se retrouvant avec des choix de draft assez haut, les Spurs réalisent pourtant chaque saison un steal ou presque en sélectionnant un gamin en fin de 1er ou début de 2e tour. L’an dernier, l’heureux élu fut Dejounte Murray, choisi en 29e position. Dans la lignée de ces nouveaux joueurs surdimensionnés d’un point de vue physique, Dejounte est un meneur de jeu aux longs bras et axé sur la distribution contrairement aux meneurs actuels, plûtot scoreurs et combo. Murray adore pénétrer dans la raquette et finir son drive par un floater, sa marque de fabrique. Encore frêle, il devrait néanmoins pouvoir défendre sur les deux postes du back-court et posera de sérieux problèmes aux meneurs adverses avec son avantage de taille. Dernier point et non des moindres, le garçon a du mental. Responsabilisé durant les PO suite à la blessure de TP, il a été intéressant (5.7 points, 2.5 rebonds, 2.5 passes et 1.5 interception en 15.3 minutes face aux Rockets et aux Warriors) et n'a pas semblé paralysé par l'évènement. Probable titulaire en ce début de saison, Dejounte Murray sera l'un des sophomores à suivre et Manu Ginobili voit même en lui un potentiel All-Star :

" Je suis très optimiste concernant son futur. C’est difficile de dire s’il sera un grand joueur et un potentiel All-Star tout de suite ou dans 5 ans. Ça dépend beaucoup de lui. Mais c’est un jeune très talentueux " (San Antonio Express News)

A Dejounte Murray de le prouver !

Objectif de la saison : continuer de chatouiller Golden State et résister aux nouveaux contenders

 

Solide dauphin des Warriors durant la régulière et en passe d'empocher le game 1 des finales de conf' à l'Oracle Arena avant que Zaza Pachulia ne provoque la blessure de Kawhi Leonard, les Spurs était certainement l'équipe la plus à même de faire trembler la franchise de la baie d'Oakland. Mais l'équation ne sera pas la même cette saison. Avec des challengers qui se sont renforcés (Oklahoma et Houston en tête) et une conférence Ouest hostile bourrée d'équipes poil à gratter, il faudra éviter les pièges. Le Spurs basket-ball fait de jeu collectif et de mouvement de ballon suffira à faire une bonne régulière mais qu'en sera-t-il en PO ? L'apport d'un joueur comme Rudy Gay en sortie de banc sera à surveiller tout comme celle de LMA, qui n'a toujours pas trouvé sa place dans le système des Spurs. Mais on fait confiance à Pop pour nous sortir un tour de pass-pass comme il en a le secret.

 

Meilleur et pire scénario

 

. A 21ans, Dejounte Murray est le digne héritier de Parker, Rudy Gay s'adapte aux exigences de Pop, Aldridge trouve enfin sa place, Kawhi en route vers le MVP et Joffrey Lauvergne chipe même la place de titulaire à Pau Gasol, vengeance de Villeneuve d'Ascq ! Ça se balade pendant la saison régulière, Kawow est impressionnant et on a droit à une revanche entre les Fusées et les Eperons durant les PO. Les Spurs font payer l'affront à Chris Paul d'avoir refuser leur invitation. San Antonio devra rendre ensuite rendre les armes face aux Guerriers.

. Kawhi Leonard est esseulé, Tony Parker ne parvient pas à revenir de sa blessure, les prolongations de contrats ne sont pas justifiés. Le train Spurs déraille et San Antonio se fait surprendre au 1er tour. Inquiétant

Pronostic : 55 victoires - 3/4e place

Malgré un effectif moins profond qu'à l'accoutumée et une conférence Ouest renforcée, les Spurs reste une machine à gagner en saison régulière, comme depuis de nombreuses années.