NBA : Los Angeles Lakers - Les numéros 8 et 24 de Kobe Bryant retirés

C'est une grande page de l'histoire du basket qui se tourne. La déception était grande, ce soir du 13 avril 2016, quand l'arrière des Lakers de Los Angeles effectuait son dernier match, ses dernières minutes sur un parquet NBA. Un match à la hauteur de son talent et de sa hype : 60 points. Précisément 1 an, 5 mois et 2 paquets de mouchoirs après, parce que l'on sait que ses numéros 8 et 24 vont être retirés, Vavel revient sur la carrière du Black Mamba, le trashtalker au grand cœur. Sortez les mouchoirs (pour la dernière fois, à notre plus grand désarroi)...

NBA : Los Angeles Lakers - Les numéros 8 et 24 de Kobe Bryant retirés
Kobe VS Bryant

 

C'est l'histoire d'une Draft 1996 qui restera dans les annales de la NBA. Choisi en 13e pick par les Hornets de Charlotte, le timide gamin de 17 ans Kobe Bean Bryant est transféré en échange d'un pivot yougoslave, Vlade Divac, aux Lakers. Le GM (General Manager) de Los Angeles de l'époque, le très connu Jerry West, avait senti le coup "Bryant", pourtant jeune et méconnu à l'époque contrairement à Divac. Et il avait raison, Jerry West. 20 saisons sous le maillot jaune et violet, 1346 matchs, 48 637 minutes jouées,  33 643 points en saison régulière (3e de l'histoire NBA, devant Michael Jordan), 5640 points en playoffs, 81 points en un match (2e meilleur total de l'histoire NBA), 1784 tirs à 3 points, 1944 interceptions. Et ça, ce n'est qu'une partie des ses statistiques marquantes...Légende ? Ce terme ne suffirait pas. À l'instar d'un Michael Jordan, Kobe Bryant n'a pas seulement joué au basket, il a révolutionné le basket. Idole de toute une génération, Kobe reste la référence ultime pour la majorité des joueurs de moins de 30 ans. De nombreux joueurs n'ont pas hésité à clamer leur admiration envers lui comme Stephen Curry ou James Harden. Il fut celui qui a rendu le plus intense certains aspects du jeu comme l'obssession de la victoire ou encore le trashtalking depuis la fin de l'ère Jordan en compagnie de joueurs comme Kevin Garnett, Paul Pierce ou Allen Iverson. Alors, on vous le dit, le prochain Kobe Bryant n'a pas encore été aperçu sur les playgrounds, tout simplement parce qu'il n'y a qu'un Kobe, indétrônable King des années 2000. C'est lui qui nous a fait rêver, vibrer, pleurer, et à ce moment précis, c'est de lui que l'on a envie de parler. Alors, en son honneur, comme un ultime shoot à 3 points au buzzer d'une prolongation palpitante, rendons-lui hommage comme il se doit, en se remémorant les meilleurs moments de sa carrière parce qu'après tout, Black Mamba mérite bien cela.

 

Le numéro 8 - la jeunesse, la fougue, l'insouciance

Les trois premières saisons - le développement

Arrivé à 17 ans en NBA, sans avoir évolué en NCAA (championnat universitaire américain), des questions se posaient quant à sa capacité d'adaptation dans la ligue majeure de basket-ball. Mais en trois ans, il a su grandir en tant qu'homme, se forgeant un mental de gagnant qu'il a gardé jusqu'à son dernier match. Sa première saison, timide, pourrait être qualifiée d'observation (7,6 points ; 1,9 rebonds et 1,3 points de moyenne). Il obtient tout de même le titre de "plus jeune joueur de l'histoire de la ligue" et l'on peut entrevoir l'espoir d'un duo avec Shaquille O'Neal. Kobe commence à faire déplacer les foules, certains veulent voir celui qu'ils surnomment le "Kid", d'autres le "next Michael Jordan". On assiste alors à l'émergence d'une hype, d'une ferveur autour de cette équipe des Lakers. Lors de sa deuxième saison, KB sort les griffes. Il termine avec une moyenne de 15,4 points ; 3,1 rebonds et 2,5 passes. Ces statistiques, impressionnantes pour un joueur de 19 ans, lui valent d'être titulaire la saison qui suit. 50 matchs, 50 titularisations. La preuve d'une certaine confiance de la part des dirigeants des Lakers, qui voient en lui l'avenir radieux de Los Angeles. 1998-1999. Le calme avant la tempête. Bien qu'il ait effectué une saison magnifique, une fois de plus (19,9 points ; 5,3 rebonds et 3,8 passes), aucune bague de champion en vue du côté de LA.

Le Three-peat

C'est un terme qui signifie "gagner 3 saisons consécutives le championnat". Seulement, de 1999 à 2002, les Lakers n'ont pas uniquement gagné le championnat NBA. Avec un duo de feu Bryant-O'Neal, les Lakers l'ont survolé. Si l'on assemblait les points de Kobe et de Shaq sur ces trois saisons, cela donnerait : 52,2 points en 1999-2000 ; 57,2 points en 2000-2001 et 52,4 points en 2001-2002. Le duo avec O'Neal est au sommet de son art sur le terrain et en dehors. Les deux joueurs évoquent une relation fraternelle. Ils se trouvent les yeux fermés. Ajoutons à cela l'arrivée de Phil Jackson, entraîneur des Bulls et de Michael Jordan avec qui il a gagné 6 titres de champions NBA et l'on comprend de suite pourquoi les Los Angeles Lakers ont été sacré consécutivement trois fois. Lors de la saison 2000-2001, les Spurs, alors au sommet avec un duo Tim Duncan-David Robinson dans la raquette, meilleure défense de la ligue, se font battre par les Lakers. L'entraîneur de San Antonio, Gregg Popovich, déclare après cette série que Kobe Bryant est un Hall of Famer de 22 ans, et qu'il donnerait tout pour avoir dans son effectif un joueur avec le cœur et l'esprit de compétition de Bryant. Popovich explique ensuite que son équipe a réalisé du bon travail sur Shaquille O'Neal, mais qu'il n'y avait rien à faire pour contrer Kobe Bryant. Shaq, après un match, a par ailleurs déclaré qu'il était "agréable de jouer aux côtés du meilleur joueur du monde". Finalement, la saison 2001-2002 démarre, elle aussi, tambour battant. Les deux joueurs sont toujours aussi forts, et Kobe Bryant remporte le titre de MVP (Most Valuable Player) lors du All-Star Game. À seulement 23 ans, après une finale face aux Nets, Kobe Bryant obtient son troisième titre de champion NBA.

81 points en un match - 2006 et le changement de numéro

Kobe Bryant bat son record de points en carrière un 22 janvier 2006 avec 81 points lors de la victoire de son équipe face à Toronto (122-104). C'est la deuxième meilleure performance de l'histoire de la NBA sur un match, derrière les 100 points de Wilt Chamberlain en 1962. En 42 minutes, Bryant met 28/46 tirs, 18/20 aux lancers francs et 7/13 à 3 points. Il marque 55 points en seconde mi-temps et bat même à lui seul les Raptors sur cette période (55 à 45). Artisan essentiel de la qualification en play-offs avec un bilan de plus de 35 points par match, Bryant efface le record de franchise d'Elgin Baylor. Au sommet de son art, Kobe Bryant commence l'année 2007 en changeant de numéro, choisissant de délaisser le 8 pour le 24.

 

Le numéro 24 - la sagesse, l'intelligence, l'immuabilité

2 autres titres de champions NBA

Lors de la saison 2008-2009, Kobe Bryant obtient sa 11e participation au "match des étoiles", avec quasiment 3 millions de votes. Les Lakers terminent avec un total de 65 victoires pour 17 défaites, ce qui les placent à la première place de la conférence ouest. Kobe Bryant, lui, dépasse Elgin Baylor puis Adrian Dantley au classement des meilleurs marqueurs de l'histoire de la NBA en saison régulière. Les Lakers se baladent pendant les playoffs. Ils remportent le titre, le quatrième pour Bryant qui est élu MVP des finales. Sur les finales, il marque en moyenne 32,8 points, donne 7,4 passes décisives et prend 5,4 rebonds. Au coup d'envoi de la saison 2009-2010, les Lakers de Los Angeles sont logiquement favoris à leur propre succession. Bryant marque 40 points le 17 novembre 2009 et devient le troisième joueur de l'histoire de la NBA à marquer plus de 40 points en un match à 100 reprises (derrière Wilt Chamberlain et Michael Jordan). Il est le plus jeune joueur à passer la barre des 25 000 points en carrière NBA, à Cleveland, le 21 janvier 2010. Lors d'une rencontre contre Memphis, Kobe Bryant marque 44 points et dépasse Jerry West au nombre total de points marqués en carrière et devient le premier joueur de la franchise au nombre total de points et le 14e de l'histoire de la NBA. Au fil de la saison, Bryant passe aussi devant Reggie Miller pour terminer la saison à la 12e place du classement des meilleurs marqueurs de l'histoire de la NBA. Au terme de la saison, les Lakers occupent la première place de la conférence Ouest avec 57 victoires pour 25 défaites. Le 17 juin, au terme d'un 7e match remporté 83-79, les Lakers restent champions NBA face à leur meilleur ennemi, les Celtics de Boston. Ils sont ainsi titrés pour la 16e fois avec un dernier match à 23 points et 15 rebonds pour Bryant qui remporte le trophée de MVP des finales après celui de 2009.

La fin de carrière - sans titres, avec blessures

De 2010 à 2013, Kobe Bryant réalise de très bonnes saisons. Il est nommé MVP du All-Star Game 2011 à Los Angeles. Il a une moyenne de 27 points en 2010-2011 ; 25,3 points en 2011-2012 et 27,9 points en 2012-2013. Néanmoins, les blessures commencent à se faire ressentir. Hormis une saison 2012-2013 pleine, il est blessé de 2011 à 2016, ce qui va le tenir écarté des terrains assez longtemps. Ainsi, il ne réalise que 6 matchs lors de la saison 2013-2014 et 35 lors de la saison 2014-2015, sur 82 possibles... Fin novembre 2015, Kobe Bryant annonce qu'il prendra sa retraite à la fin de la saison. Il joue le dernier match de sa carrière le 13 avril 2016 et marque 60 points dans la victoire des Lakers contre le Jazz de l'Utah sur le score de 101 à 96 avec un 22 sur 50 au tir et un 6 sur 21 à trois points, ce qui constitue un record all-time en NBA pour les tirs tentés (recensés depuis 1984, le record de tirs tentés en un match étant détenu par Wilt Chamberlain) et un record personnel pour les tirs primés tentés.

 

L'apothéose

« Quand j'étais petit et que je grandissais en Italie, je rêvais toujours d'avoir mon maillot retiré chez les Lakers. Mais je n'avais jamais imaginé une seule seconde que j'en aurais deux. Les Lakers réalisent un immense hommage pour moi, et je suis reconnaissant de l'enthousiasme montré par les fans » a affirmé Kobe. Ce soir du 18 décembre 2017, aura une saveur particulière. Le soir d'un certain Golden State Warriors-Los Angeles Lakers au Staples Center. Une image, comme si la meilleure équipe actuelle, Golden State (qui survole la NBA) emmenée par Stephen Curry, représentait les Lakers dans ses meilleures années, franchise emmenée par Kobe Bryant qui elle aussi dans son temps, était la meilleure équipe de la ligue. Ce soir-là, deux maillots monteront au plus haut du Staples Center, numéro 8 et numéro 24, représentant un seul et même joueur. Les fans de basket-ball pourront dire plus tard à leurs enfants et petits-enfants qu'ils ont vu ce joueur à la télévision, scorer à tout va, mener une équipe comme personne, non pas en tant que meneur de jeu mais en tant que meneur d'hommes. La nostalgie nous prend déjà et il aura, à coup sûr, par différentes manières, marqué ses fans. 2 mots qui signifient plus qu'une légende ? Kobe Bryant.

NBA