Saison des Blazers version 16/17 - Episode 4 : Non sélection de Damian Lillard au ASG = gros carton dans la foulée

Après une saison 2015/2016 surprenante conclue par une demi-finale de conférence, les Blazers nourrissaient de grandes ambitions à l'aube de l'exercice 2016/2017. Une saison régulière décevante et une élimination au 1er tour en play-offs plus tard, la hype autour des coéquipiers de Damian Lillard et C.J McCollum a clairement baissé. A 9 semaines de la reprise, je vous propose de revenir chaque semaine, sur un fait marquant de la saison des Blazers. Aujourd'hui, retour sur une des grosses performances de la saison du meneur.

Saison des Blazers version 16/17 - Episode 4 : Non sélection de Damian Lillard au ASG = gros carton dans la foulée
Enervez Damian, vous n'auriez jamais dû (trashtalk.com)

Chaque année, les mêmes évènements se répètent. LeBron James marche sur la conférence EST, les Knicks ne vont pas en play-offs et Damian Lillard cartonne en sortie de All-Star Game. Souvent boycotté par l’événement du mois de février (2 sélections) et encore une fois snobé cette année dû à la densité du poste de meneur à l’Ouest, Damian Lillard prend sa revanche sur le terrain en faisant du sale. C’est peu dire, sur les 12 matchs post-ASG break, Dame affiche des moyennes monstrueuses : 29,8 points, 4,8 rebonds, 5,6 passes, près de 48% aux tirs dont 40% à distance et 92% aux lancers. Si sa production individuelle a step-up, c’est toute son équipe qui s’en porte mieux. 8 victoires sur ses 12matchs dont certaines contre de gros clients : Mr. Triple-Double Russell Westbrook et le deux fois défenseur de l’année Kawhi Leonard. Pour ceux qui ont du mal avec les chiffres, une state toute simple : lors de ses 12 rencontres, il n’a passé que quatre soirées sous la barre des 25 points, plutôt chaud le poignet du garçon. Et en point d’orgue, une performance XXL en Floride. Un de ces soirs où vous êtes totalement indéfendable et où vos opposants directs n’ont pu que leurs yeux pour pleurer (coucou Goran , coucou Tyler, coucou Josh).

Dés le début du match, l’American Airlines Arena avait compris que Dame Dolla n’était pas venu à Miami pour profiter du soleil de South Beach. Il commença sa partie tranquillement, avec quelques shoots du parking, pour se mettre en rythme et terminer la 1ère mi-temps avec déjà 21 points au compteur. Puis, il débuta le second acte en alimentant Nurkic sur pick-and-roll histoire de faire gonfler les stats. Mais dirigeons-nous tout de suite vers le 4e QT, période où Lillard en a fait son (autre) marque de fabrique. Les deux équipes aux coudes à coudes, il devait mettre l’équipe sur son dos et emmener ses coéquipiers vers la victoire. Il entama l’ultime période par un shoot à 3pts sur la truffe de Tyler Johnson, suivi d’un floater pour permettre à Portland de prendre les devants. Mais le Heat de Pat Riley, dépourvu de Dion Waiters (blessé), pouvait compter sur son 6e homme, James Johnson (auteur de 24 points, 5rebonds et 7passes). Il reste un petit peu moins de 3 minutes à jouer et les Blazers mènent de 6points. C’est le moment que choisi Dame pour définitivement tuer les espoirs des joueurs de Miami en inscrivant coup sur coup un tir du parking en sortie d’écran ainsi qu’un and-one, +11 Portland. La bande à Spoelstra sera incapables de revenir et ce succès permettra aux Blazers de conclure ce road-trip sur un bilan de 4-1.

Ce soir-là, Damian Lillard inscrira au total 49 points avec 9 tirs primés derrière l’arc égalant son record en carrière à distance. Encore une fois oublié, Dame ne se cherche jamais d’excuses et répond toujours de la meilleure des manières, c’est-à-dire sur le parquet. Rendez-vous donc l’année prochaine à la même date pour voir Damian envoyer du lourd, en espérant qu’il participe au match des étoiles…