Jayson Tatum : la machine à scorer des Boston Celtics

Un grand cru, cette NBA Draft 2017. Jayson Tatum sélectionné en 3e position, l'objectif des C's est clair : faire de son ailier formé à Duke un gros scoreur. Et, qu'on se le dise, être le back-up d'un certain Gordon Hayward, c'est le top pour grandir.

Jayson Tatum : la machine à scorer des Boston Celtics
Jayson Tatum : le scoreur hors-pair

"With the third pick in the 2017 NBA Draft, the Boston Celtics selects...Jayson Tatum, from Duke University". Les mots ont résonné dans la tête de JT avant qu'il se rende compte que, oui, il était désormais un joueur des C's. Le pied. Tu m'étonnes, écrire l'histoire de LA franchise de la East Coast, un rêve pour ce gamin. Larry Bird, Bill Russell, John Havlicek, plus récemment Rajon Rondo, Paul Pierce et Kevin Garnett. Envoyé un temps à Sacramento, à Phoenix et à Orlando, c'est finalement dans le Massachussetts qu'il pose ses valises. Et il compte s'y imposer, ses dirigeants aussi. Sous la protection de Gordon Hayward (1X All-Star) et Isaiah Thomas (2X All-Star, 2017 All-NBA, 2011-12 All-Rookie), il va pouvoir s'améliorer en apprenant aux côtés des meilleurs. Bourré de talents et de fondamentaux, aussi bien offensivement dans le scoring que défensivement, il pourrait contribuer immédiatement à Boston. Mais, étant forward (ailier), comme Gordon Hayward - arrivé cet été en provenance du Jazz d'Utah - on pourrait se demander comment Brad Stevens négociera son roster. Si Tatum doit apporter beaucoup de points comme le souhaite Danny Ainge, le GM (General Manager), il va par conséquent jouer de nombreuses minutes. Alors, remplaçant et 6e homme de folie ou titulaire avec un décalage en small ball ?

On l'a compris, le joueur formé à Duke est une pépite. Les fans des C's s'en délectent déjà, là où il pourra montrer l’étendue de son talent, surtout d’un point de vue offensif. Tatum a une polyvalence intéressante à développer et une belle capacité à défendre sur plusieurs postes, ce sont ses fondamentaux ainsi que sa lecture du jeu à son jeune âge qui font rêver. Mais, pendant un an, il a été le petit protégé d'un homme. Homme avec un grand H, qui donne à chaque fois son maximum et qui emmène toujours ses poulains le plus haut possible : Mike Krzyzewski (oui, c'était dur à écrire) alias Coach K. Entraîneur mythique de l'équipe des Blue Devils de Duke, il est le coach le plus victorieux du basket-ball universitaire américain. Également entraîneur de l'équipe des Etats-Unis avec laquelle il a été champion du monde 2010 et 2014 et triple champion olympique en 2008, 2012 et 2016. Avec lui, JT a effectué une excellente et unique saison universitaire : 29 matchs à 16, 8 points de moyenne (45,2% au tir) - 7,3 rebonds - 2,1 assists. Bref, Jayson Tatum est jeune mais ne doutez en aucun cas de son expérience. Il a bien grandi et nous a déjà fait comprendre qu'il est présent dans le "game". Une Summer League digne des meilleurs, qui font de lui un franchise player en devenir.

Tatum n'a joué que trois matchs durant cette Summer League de Las Vegas, mais a également été remarqué dans la Ligue d'été de l'Utah, où il a notamment fait une meilleure impression que son néo-coéquipier Jaylen Brown (qui s'est nettement amélioré). Il y avait un certain scepticisme autour de sa polyvalence, mais Tatum a répondu présent en défense et a créé des matchs-up à l'autre extrémité qui lui ont permis de nous montrer sa technique de shoot, avec un bagage comme vous en verrez rarement. La capacité de Jayson à se créer des shoots et à convertir des paniers lorsque l'espace est limité, voire fermé, est incroyable. Tirant en moyenne seulement 3 fois à 3 points, il a pour autant scoré 18 points avec 42% de tir. Également bon dans la pénétration, il devrait rapidement avoir une place importante dans la rotation bondée de Boston. Du moins, on l'espère.

On ne vous a pas assez convaincu ? C'est donné, ses highlights en vidéo. Non, ne nous remerciez pas. C'est cadeau.


Share on Facebook