Lonzo Ball : what a man !

Fraîchement élu MVP - Most Valuable Player de Summer League avec les Los Angeles Lakers, Lonzo Ball a le potentiel pour devenir un "grand". L'occasion pour nous de revenir sur son début de parcours professionnel, plein d'espoir et d'envie.

Lonzo Ball : what a man !
Lonzo Ball effectuant une de ses passes magiques durant la Summer League

MVP, le titre que tout basketteur cherche à obtenir par tous les moyens. 3 lettres qui font la fierté d'un joueur et qui imposent le respect. Le titre de MVP (Most Valuable Player, N.D.L.R) récompense le joueur le plus prolifique d'une compétition. Pendant cette Summer League, les équipes NBA se rassemblent pour tester de multiples compositions d'équipes différentes de celle de la saison régulière. L'occasion pour les franchises de tester leurs nouveaux bijoux draftés récemment (fin juin). Ce fameux titre de MVP vient donc d'être attribué à Ball. Et pour cause, des statistiques de mammouths, qui feraient pâlir plus d'un joueur NBA confirmé. 16,3 points à 38% au tir - 9,3 assists (passes décisives) - 7,7 rebonds et 2,5 steals (interceptions). Pour autant, Lonzo Ball sait rester réaliste : « On peut toujours progresser. J’ai encore beaucoup de choses à améliorer mais si je devais n’en garder qu’une, je dirais que je dois surtout devenir plus costaud. » a-t-il confié à nos confrères de Spectrum Sportsnet.

Une performance digne des plus grands, qui laisse espérer un avenir très brillant pour ce joueur qui a toujours su qu'il jouerait pour les Lakers de Los Angeles. Mais, avant d'arriver là où il est aujourd'hui, il a dû travailler dur, poussé par son père, le fameux Lavar Ball. Lonzo, essuyant les critiques récurrentes, poussé à bout et dont le père fit comprendre aux meilleurs joueurs NBA que son fils était meilleur que tous, a dû travailler en silence. D'abord lycéen à Chino Hills en Californie où il a fait une saison en triple-double de moyenne, rien que ça, puis étudiant universitaire à UCLA, où il évolua avec les Bruins, c'est donc dans une suite logique qu'il s'est fait drafté en 2e pick (position) par Los Angeles.

Pour autant, le premier match de Summer League de Lonzo Ball fut un désastre. Très attendu, en 32 minutes de jeu, il termine à 2 sur 15 au tir, dont 1 sur 11 à trois points en inscrivant seulement 5 points, 4 rebonds et 5 passes décisives pour une défaite (96-93, après prolongation) contre les rivaux de Los Angeles, les Clippers. Il n'en reste pas moins déconcentré, et, pour son second match, Lonzo Ball réalise son premier double-double du tournoi, à la limite du triple-double, avec 36 points, 11 passes décisives et 8 rebonds dans la victoire in extremis des Californiens face aux Sixers sur le score de 103 à 102. Une performance remarquable, mais pas unique. En effet, quelques jours après, il réalise un triple-double face aux Cleveland Cavaliers avec 16 points, 10 rebonds, 12 passes décisives, 5 interceptions et 2 contres pour une victoire (94-83) propulsant son équipe en quart de finale. Malheureusement, il ne joue pas la finale pour cause de blessure. La suite, on la connaît, un titre de MVP et les Lakers qui finissent champions en battant les Portland Trail Blazers (110-98). « C’était très bien, on a gagné le trophée. Même si je n’ai pas pu jouer hier soir, j’étais tout de même avec l’équipe. Je suis fier de leur prestation », a précisé Ball. « Je vais continuer à travailler. Un trophée est toujours bon à prendre, même si ce n’est que la ligue d’été. Je pense avoir montré que je pouvais aider l’équipe à gagner à chaque fois que j’ai été appelé à jouer. »

Bien évidemment, certains diront que ses statistiques impressionnantes n'étaient pas méritées, du fait qu'il n'y ait pas de défense en Summer League et que les joueurs sont juste là pour se montrer. 

Alors, qu'en pensez-vous ? Lonzo Ball, énorme hype ou énorme joueur ?