Bilan de la Summer League d'Orlando

La première semaine de juillet était l'occasion de voir plusieurs jeunes de la Draft en action avec leur nouvelle franchise, aux côtés de certains joueurs déjà indiscutables en NBA. Huit formations étaient de la partie pour ce rendez-vous : le Magic d'Orlando, les Pistons de Detroit, les Knicks de New York, les Pacers de l'Indiana, les Mavericks de Dallas, le Thunder d'Oklahoma City, le Heat de Miami et les Hornets de Charlotte. Chaque franchise jouait quatre rencontres, puis un match de classement en fonction de son bilan. Et c'est Dallas qui a remporté le tournoi, battant Détroit d'un tir à la dernière seconde. Retour sur les principales performances individuelles et colletives.

Bilan de la Summer League d'Orlando
Dallas remporte l'édition 2017 de l'Orlando Summer League

Les Mavericks en pleine bourre.

Le seul jeune sélectionné lors de la Draft (Dennis Smith) étant laissé au repos en vue de la Summer League de Las Vegas, la franchise du Texas a pu s'appuyer sur un savant mélange entre des joueurs de la réserve et d'anciens universitaires exilés en Europe. Le résultat dépasse toutes les attentes : 5 victoires, aucune défaite, et la première place de la compétition. Pour cela, Dallas a pu compter sur un trio primordial, que voici.
Le chef d'orchestre de cette formation n'était autre que Dwight Buycks, un meneur de 28 ans passé par Toronto (2013-2014) et les Lakers de Los Angeles (2014-2015). Avec des moyennes de 18 points, 5 rebonds et 4 passes décisives par match, il a montré l'exemple à ses partenaires.
Il faut aussi mettre en avant les belles prestations de l'ailier Brandon Paul (26 ans), qui sort d'une saison en Turquie après être passé par la Russie et l'Espagne. Compilant 17 points, 5 rebonds et 3 passes décisives de moyenne, il a fait mieux qu'assurer les arrières de ses partenaires.
Le troisième et dernier joueur n'a pas été phénoménal durant cette compétition, mais comment passer à côté de l'auteur du tir de la gagne ? Jonathan Motley, discret sur l'ensemble de la semaine avec 7 points, 5 rebonds et 2 passes décisives par match, a trouvé le moyen de se racheter en offrant la Summer League, ni plus ni moins, à sa franchise. Un sacré coup d'éclat pour ce pivot de 22 ans.

Jonathan Motley
Jonathan Motley

Luke Kennard, la défaite qui fait mal.

Choix n° 12 de la Draft, l'arrière des Pistons de Detroit s'est montré à son avantage tout au long de la compétition (17 points, 4 rebonds et 3 passes décisives). Malheureusement, la défaite face à Dallas en finale fait de l'ombre à la belle semaine du jeune joueur (21 ans), qui aura malgré tout donné un aperçu très encourageant de sa panoplie.
Son point faible reste la réussite au tir (40 %), mais il compense par une activité débordante, et un potentiel défensif intéressant. En cas de départ de Caldwell-Pope, il peut éventuellement viser une place de titulaire, mais il devra se montrer plus posé pour se faire une place à long terme.

Oklahoma City, pas de Ferguson mais des promesses.

Tout comme Dallas, le Thunder s'est présenté sans le joueur sélectionné lors de la Draft, Terrance Ferguson, privé de Summer League pour des raisons administratives. Mais un trio de jeunes a su se faire violence pour guider l'équipe vers une encourageante quatrième place, et, par la même occasion, se montrer après une saison difficile en NBA.
Au poste de meneur, Semaj Christon (24 ans, 3 points de moyenne avec OKC l'an passé) a pu s'exprimer pleinement, facturant 13 points, 4 rebonds et 6 passes décisives, faisant un excellent travail pour mener les offensives de son équipe.
Au poste d'ailier, Josh Huestis (25 ans, seulement deux apparitions en NBA l'an passé) a fait parler sa puissance pour terminer à 15 points et 7 rebonds de moyenne. S'il parvient à répéter ce genre de performances, il pourra peut-être s'imposer comme la doublure de Paul George.
Pour finir, c'est au poste de pivot que Dakari Johnson (21 ans, laissé en réserve l'an passé) s'est montré à Orlando. Avec 18 points, 5 rebonds et 2 passes décisives, il a montré de belles choses dans la raquette, mais doit encore gonfler ses statistiques au rebond pour attirer l'attention du coach d'OKC.

Dakari Johnson
Dakari Johnson

Adebayo, bien trop seul à Miami.

Choix n° 14 de la Draft, le jeune pivot, qui va fêter ses 20 ans, n'a pas déçu du côté d'Orlando. Avec ses 17 points, 8 rebonds et 2 passes décisives de moyenne, il a surnagé, alors que son équipe coulait. C'est ainsi qu'il a fait très forte impression malgré la dernière place de Miami, et le bilan sans appel du Heat : aucune victoire, 5 défaites.
Mesuré à 2 mètres 10, pesant 110 kilos, il va faire beaucoup de bien au secteur intérieur d'une franchise orpheline de Chris Bosh, miné par les blessures. Même s'il ne tire pas de loin, il possède une belle mobilité pour sa taille, ce qui lui permet de défendre sur plusieurs postes, et d'assurer les rebonds de chaque côté du parquet.

Les Résultats.

Première Journée :
Miami 67 vs 74 Charlotte
Indiana 85 vs 74 Orlando
Dallas 80 vs 75 New York
Detroit 91 vs 92 Oklahoma City

Deuxième Journée :
Miami 68 vs 81 Orlando
Detroit 103 vs 78 New York
Charlotte 77 vs 84 Indiana
Oklahoma City 75 vs 96 Dallas

Troisième Journée :
Miami 83 vs 86 Indiana
Oklahoma City 99 vs 87 New York
Dallas 86 vs 76 Orlando
Detroit 87 vs 82 Charlotte

Quatrième Journée :
Oklahoma City 81 vs 95 Charlotte
New York 73 vs 84 Orlando
Dallas 94 vs 79 Indiana
Detroit 73 vs 71 Miami

Matches de Classement :
1 / Dallas 83 vs 81 Detroit
3 / Indiana 89 vs 80 Oklahoma City
5 / Orlando 78 vs 86 Charlotte
7 / Miami 72 vs 91 New York


Share on Facebook