Olivia Chamandy et Meaghan Benfeito en finale du plongeon à 10 mètres

La Duna Arena était le théâtre ce mardi de la demi-finale du plongeon féminin sur plateforme à 10 mètres. Aucune française, mais deux canadiennes étaient au départ : Olivia Chamandy et Meaghan Benfeito. La première disputant ses premiers championnats du Monde alors qu’elle n’est âgée que de 16 ans, la seconde étant une habituée de l’évènement.

Olivia Chamandy et Meaghan Benfeito en finale du plongeon à 10 mètres
Benfeito va vivre une nouvelle finale aux Mondiaux

Alors qu’il ne restait que 18 athlètes en compétition pour seulement 12 petites places en finale, les deux Canadiennes ont réussi à se qualifier pour la grande messe qui aura lieu ce mercredi.

Chamandy ne s’attendait pas à être en finale, mais savoure le moment : « Je suis vraiment contente, je ne m’y attendais pas parce que durant les qualifications, je me disais que je ne pourrais jamais faire ça. Mais comme j’ai plongé à mon meilleur niveau, c’est passé et je suis contente »

Benfeito était elle aussi très contente de sa prestation : « Je suis satisfaite. J’ai fait ce que je devais faire pour passer en finale. C’est sûr que demain je vais donner encore plus, mais j’ai fait ce que je devais faire, et j’ai hâte d’être demain »

En arrivant, la jeune canadienne de 16 ans ne s’était pas fixé comme objectif d’atteindre la finale : « Ce n’était pas vraiment mon objectif. Je voulais juste plonger à mon meilleur niveau et me classer le plus haut possible. Après en regardant un peu les qualifications ou j’ai terminé 17e, je me suis dit que ça allait vraiment dur à réaliser. Je me suis dit qu’il fallait vraiment que je me donne à fond »

Faisant partie des favorites dans cette compétition, Benfeito nous as confié ses objectifs : «Être sur le podium c’est toujours quelque chose d’important. Dernièrement j’ai vraiment appris sur moi-même, je fais ce que j’ai à faire et je donne la meilleure performance que je peux. Si c’est une médaille d’or tant mieux, si c’est une cinquième place, je serais satisfaite aussi. Je veux vraiment terminer ma compétition avec le sourire, avec un bon pointage et m’assurer que mon entraîneur est contente.  »

Lors des demi-finales, Chamandy a été ébahie par la prestation de certaines de ses concurrentes : « J’ai surtout été impressionnée par Megehan, les chinoises et les coréennes. Elles sont vraiment fortes. Par exemple lors de leurs entrées, elles sont juste parfaites.  J’ai essayé de les regarder et d’apprendre un peu comment elles font. »

Benfeito rejoint Chamandy sur la puissance des pays asiatique dans la compétition : « Les Chinoises et les Coréennes sont toujours les meilleures. C’est sûr que c’est elles que je dois essayer de dépasser. Il n’y a pas d’explication, elles sont juste fortes. Néanmoins, elles sont battables. J’ai fait quelques erreurs aujourd’hui que je devrais corriger pour demain. Je sais que je peux être sur le podium, mais je me concentre sur moi-même est ce qui est le plus important. »

Après la compétition, Benfeito nous as aussi confié ses impressions sur Chamandy et sur la relève canadienne dans le discipline : « C’est toujours très amusant d’avoir la relève. Ça fait en sorte que quand je vais prendre ma retraite, je sais qu’il va y avoir du monde derrière moi. Je sais qu’il y a aussi ma partenaire de synchro qui fait l’individuel aussi. C’est vraiment amusant de voir que je peux aider. Je sais qu’Olivia était stressée avant la demi-finale, donc je lui ai dit d’être détendue, de s’amuser, et de faire ce qu’elle avait à faire et de prendre de l’expérience, car ça va lui arriver plus souvent qu’elle ne le pense »

A peine âgée de 16 ans, Chamandy est une des grands espoirs du plongeon mondial et espère pouvoir affirmer ce statut : « Mon objectif à long terme, ce serait peut-être d’aller aux prochains Jeux Olympiques en 2020. A court terme, c’est d’être au top pour la finale de demain. Sinon l’année prochaine peut-être aller aussi aux Jeux Olympiques de la Jeunesse et sinon les World Series aussi »

Pour Benfeito, qui a déjà glané de nombreuses médailles lors de sa carrière, le mot d’ordre, s’est prendre du plaisir désormais : « Je veux juste de m’amuser, j’ai eu mes médailles à Rio, c’était l’objectif d’être médaillée là-bas. J’ai continué car j’aime plonger, donc c’est vraiment juste m’amuser. C’est aussi d’apprendre sur moi-même, déjà cette année j’ai vraiment beaucoup appris donc c’est quelque chose que je n’ai pas fait durant les 12 dernières années. C’est quelque chose que je trouve amusant. Puis je veux arriver à Tokyo avec le sourire, je veux plus vraiment me donner d’objectif en tant que position mais vraiment juste de finir avec le sourire »

Nicolas Evrard depuis la Duna Arena de Budapest