Une cérémonie d'ouverture grandiose

La Fédération Internationale de Natation nous avait promis la plus belle cérémonie d'ouverture de son histoire, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on a pas été déçu. Devant des dizaines de milliers de spectateurs, les tableaux et chorégraphies se sont enchaînés aux rythmes de musiques hongroises. Culture, histoire et natation, un mélange qui a déjà fait de cette cérémonie d'ouverture l'un des grands moments de cette 17e édition des Championnats du Monde de la FINA.

Une cérémonie d'ouverture grandiose
Cérémonie d'ouverture



Alors que les cérémonies d'ouvertures prennent placent habituellement dans des stades ou des salles, la FINA avait décidé d'innover cette année en installant sa scène sur le Danube, avec une vue imprenable sur le splendide Palais de Budavar. Un cadre idéal auquel était combiné une météo douce et agréable. En résumé, tout était fait pour que ce show soit une réussite, et il l'a été.

Lors de cette cérémonie, la FINA avait décidé bien évidemment de mettre en avant la culture et l'histoire de la Hongrie, tout en effectuant toujours un rapport avec le monde de l'eau. Entre mapping, projections sur des immenses jets d'eau, lance flamme, feu d'artifices et autres effets spéciaux, les tableaux se sont enchaînés les uns après les autres, sans connaître le moindre manque de rythme. Les centaines de figurants présents sur scène réalisant une performance de grand calibre. De quoi ravir les spectateurs présents en masse autour de la scène improvisée.

Après plus d'une heure de show sans interruption, le président hongrois, Janes Ader, le président de la FINA, Julio Maglione ainsi que le maire de Budapest, Istvan Tarlos, réalisaient tous les trois un discours afin de lancer officiellement cette 17e édition des championnats du monde de la Fédération Internationale de Natation. S'en suivi l'apparition des drapeaux des 208 pays membres de la fédération ainsi que la venue de nombreuses légendes sportives hongroises. 

Pour clôturer, tout ça, CeLoo Green, vainqueur des cinq Grammy Awards, nous interprétait ses tubes, That Make Me Crazy et Brigh Lights Bigger City. Un dernier tableau et un sublime feu d'artifice plus tard, cette cérémonie d'ouverture se terminait après plus de deux heures de show.

Le pari était risqué mais a été grandement réussi. Avec cette cérémonie d'ouverture, la FINA en a mis pleins les yeux au monde de la natation, à la Hongrie, et à la planète sportive, et ça, peu de fédérations peuvent s'en vanter.

Nicolas Evrard (depuis Budapest)


Share on Facebook