Montréal prolonge Carey Price pour huit années supplémentaires

L’annonce de la prolongation de Carey Price était attendue et elle est arrivée rapidement. Comme prévu, le gardien canadien a signé un contrat de très longue durée avec un joli pactole à la clé.

Montréal prolonge Carey Price pour huit années supplémentaires
Carey Price va garder encore longtemps le symbole CH sur son torse (Crédit : Twitter @NHL)

DG du Canadien de Montréal, Marc Bergevin savait bien que l’un des dossiers prioritaires de cette intersaison concernait son gardien, Carey Price. Indéboulonnable devant le filet du Canadien depuis une décennie, le gardien de 29 ans s’est imposé comme l’un des meilleurs gardiens du monde, voire même la référence ultime. En 2015, il avait notamment été élu à la fois meilleur gardien et meilleur joueur de toute la NHL, devant Crosby, Ovechkin, Stamkos et les autres stars de la ligue. Encore auteur d’une saison 2016-2017 très solide avec un pourcentage d’arrêt de plus de 92 % pour une moyenne de 2,23 buts alloués, le portier de 29 ans était sous contrat jusqu’en 2018, et il fallait donc que le Canadien s’active pour ne pas laisser filer son quintuple All-Star.

 

Le gardien le mieux payé du monde

Pour cela, Marc Bergevin n’a pas lésiné sur les moyens. En effet, le DG de la franchise la plus titrée de l’histoire a offert un nouveau contrat portant sur huit années, entre 2018 et 2026, à son gardien ! En ce qui concerne la valeur de ce contrat, elle s’élève à 84 millions de $. Il émargera donc à 10,5 millions par an, ce qui constitue un nouveau record pour un joueur de Montréal, et fait également de lui le gardien le mieux payé actuellement en NHL. Tout a donc été fait dans les règles de l’art pour satisfaire entièrement le natif d’Anahim Lake.

A 29 ans, il signe donc un contrat longue durée qui lui permet de voir loin, jusqu’à ses 37 ans. L'objectif pour lui est donc de terminer sa carrière au Québec : "Je n'ai jamais pensé à jouer ailleurs. Ca aurait été trop bizarre de porter un autre uniforme". D’ici là, il va donc encore avoir le temps de renforcer sa légende, lui qui s’impose au fil du temps comme la figure de ce Canadien de Montréal moderne qui patine sans succès après une nouvelle Coupe Stanley depuis 1993 maintenant. A voir maintenant si la construction de l’équipe sera bien réalisée pour donner un nouvel espoir.

 

Dans les pas des plus grands

Marc Bergevin a choisi de passer à l’action avec l’arrivée de Karl Alzner notamment, mais il faudra être intelligent puisque la somme donnée à Price n’est pas anodine, et mange une partie conséquente de la masse salariale. Mais comme l’a dit Marc Bergevin, « Carey est important pour notre organisation et la ville de Montréal ». Si quelqu’un est tenté d’affirmer le contraire, qu’il s’intéresse au palmarès de la Coupe Molson, récompensant le meilleur joueur du Canadien de Montréal sur la saison.

Depuis 2008, seuls Jaroslav Halak (2009) et Alex Galchenyuk (2016) ont réussi à se glisser dans un palmarès où le gardien canadien compte sept trophées, soit le même total que l’icône des années 1970, Guy Lafleur. Ça vous place un bonhomme. Un bonhomme bien parti pour passer deux décennies entières à défendre le même filet, et qui pourrait sans doute aller gratter sa place au Temple de la Renommée en fin de carrière s’il continue à ce rythme.


Share on Facebook